Tinder. Rien à perdre. Quelque chose à gagner ?

18.12.14

IMG_8072

C’était courant septembre 2013. Je ne pourrais vous dire pourquoi ce moment m’a marquée. J’étais au volant. Avenue d’Iena. Vous savez, cette période de septembre pendant laquelle il fait encore chaud et beau. Et que le jour tarde à se coucher. Cette période où on est encore habité par la plénitude et l’excitation des vacances. Cette période où la rentrée commence à peine et où on se dit que cette année tout sera possible. Mon téléphone sonne. C’est Schaké. Je me prépare à rire en décrochant. Comme à chaque fois. Et là, elle est encore plus excitée que d’habitude.
– Cam, il faut que tu télécharges une nouvelle appli incroyable.
– Ok dis moi, c’est quoi ?
– Ca s’appelle Tinder.
– C’est quoi Tinder ?
– Télécharge-le et rappelle-moi après.

J’ai téléchargé Tinder. Et je suis alors entrée dans le nouveau monde merveilleux et cruel de la rencontre par application interposée.
– Ok, c’est bon, je me suis loggée avec mon Facebook. Mais tu es sûre que ça ne publiera jamais rien sur mon profil. Ce serait la loose quand même.
– Oui sûre. Jamais.

 

Tinder. C’est une application de rencontres nouvelle génération. Application de rencontres. Tu te connectes avec ton compte Facebook, choisis tes préférences de rencontres (sexe, âge, distance) et fais ton marché. L’application te présente des candidats via quelques photos, les amis en commun s’il y en a, les intérêts en commun s’il y en a et une possible petite description qui n’a jamais servi personne.

Globalement, sur le papier, le concept même de Tinder fait vomir. Ne mâchons pas nos mots. Quand tu es sur Tinder, tu deviens un produit de consommation. Tu es perdu parmi des milliers d’autres profils et sélectionné sur le simple critère photogénique. Pas mieux qu’un paquet de pates au supermarché. Sauf que le paquet de pates, lui au moins, s’il est acheté, n’aura plus de concurrence après ça. Tandis que toi, si tu es sélectionné, tu n’as passé que la première étape et reste perdu parmi des dizaines de matchs et de conversations entamées. Cruel.

Ajoutons à cela le fait que Tinder a bousillé les codes de la rencontre réelle. Les ressentis. Les regards. Les incertitudes. Les questionnements. S’il me fixe, c’est que je lui plais, non ? On ne rencontre plus dans les bars, dans les rues ou même dans les bus. Depuis que Tinder existe. On se dit. Oh, je le trouverai sur Tinder.

Et alors. Quand bien même, tu te démarques parmi les dizaines de matchs et de conversations entamées, et que vous organisez une vraie rencontre. Une vraie rencontre en vrai. C’est une expérience particulière. Comme dénuée de risques et d’émotions fortes. Une rencontre Tinder. C’est une rencontre prémâchée. Physiquement, vous savez déjà que vous vous plaisez. Vous avez chacun swipé du bon côté. Mentalement, vous savez déjà que vous vous plaisez. Vous avez chacun accepté de vous voir en vrai. Et pourtant. Ca ne fonctionne pas toujours. Tu passes, une fois sur deux, la pire heure de ton existence. La rencontre demande bien plus qu’un simple acquiescement physique et mental. Finalement.

 

Tinder. C’est une application de rencontres nouvelle génération. Nouvelle génération. A l’heure des réseaux sociaux et des mises en scène de soi. Du narcissisme grandissant et de la place prépondérante laissée à l’image. Tu créés ton profil Tinder, au même titre que tu as ouvert tes comptes Facebook, Instagram, Twitter, Pinterest, Ello, Google +, et j’en passe. N’ayons pas la naïveté de croire que seul le célibataire télécharge Tinder. Ce serait une erreur.

En ce sens. Télécharger Tinder n’est qu’une manière de vivre avec son temps. Tinder n’a que fini de bousiller les codes de la rencontre réelle. Car Facebook est passé par là bien avant. Ajoutant à la rencontre réelle un volet de « validation virtuelle » d’une superficialité affligeante. Facebook a rempli les rencontres d’a priori, d’amis en commun, de comportements sociaux notables et de coolitude d’image virtuelle. Tinder ne fait alors que surfer sur cette tendance. Pourquoi s’en priver ?

Tinder, c’est aussi une manière de rencontrer en vrai des gens que tu n’aurais peut-être jamais croisés dans la vie. Nous sommes plus exigeants que jamais. Pollués par les vies merveilleuses et arrangées de nos amis virtuels. Nous voulons ce qu’il y a de mieux. Et nous le voulons tout de suite. Il est donc urgent de mettre toutes les chances de notre côté. Inscris-toi sur Tinder, tu n’as rien à perdre. Et puis, si ton collègue de bureau te fait une petite remarque désabusée sur le fait qu’il t’a vu sur l’application. Tu ne pourras que lui rétorquer qu’il y est, lui aussi.

Tinder, c’est enfin simplement une nouvelle manière de rencontrer des gens. Pas seulement des maris, des mecs ou des plans cul. Mettons ça plutôt dans l’autre sens. Des plans cul, des mecs ou des maris. Mais aussi des copains. Des voisins. Des relations professionnelles. Où est le mal à s’ouvrir aux autres ? Simpliste, je sais. Mais pas moins faux pour autant.

 

Alors bon. Ce n’est plus un secret pour vous. Mon ressenti global est super mitigé.

J’ai toujours l’application sur mon iPhone. Je l’utilise par période. Ca dépend de la saison, du temps qu’il fait, de ma motivation à sortir. Et de mon statut matrimonial.

J’en ai rencontré pas mal des mecs de Tinder. Rencontré en vrai, je veux dire. Ca fait toujours halluciner mes copines. Mais je pars du principe que je n’ai rien à perdre. Au mieux, je rencontre quelqu’un de bien. Au pire, j’aurais bu un coca zéro. Et globalement, je n’ai pas été déçue. Je n’ai pas rencontré de mecs louches, collants ou puants. Je n’ai pas non plus rencontré un mec stable ni même un mari potentiel. Je suis dans une bonne moyenne chiante et sans intérêt. Youpi.

Je pourrais bien sûr vous raconter plein d’histoires de copines qui ont rencontré des tarés via Tinder. On en connait tous. Mais je choisis plutôt de vous raconter celle de ma copine qui y a rencontré son mari. Véridique. Je prépare en ce moment son enterrement de vie de jeune fille.

 

Pour la petite histoire. J’ai rencontré mon voisin sur Tinder. En discutant de la pluie et du beau temps, on s’est aperçu qu’on habitait au même endroit. Je l’ai croisé chez Picard quelques jours plus tard. Et depuis, on est copain de courses chez Picard. Juste en bas. Si ce n’est pas cool tout ça.

 

Bien que je persuade toutes mes copines célibataires de télécharger Tinder. Je ne saurais quoi vous conseiller. C’est plutôt personnel comme choix. Mais dites-vous quand même que vous n’avez rien à perdre. Et peut-être une belle rencontre à gagner.

Juste. S’il vous plait. Pour le bien-être de ma conscience et des bonnes manières. Et pour préserver le peu de romantisme qui subsiste dans ce monde. Tinder aux toilettes. Jamais. Jamais. Jamais.

 

Audacieusement vôtre,

Camille

Les

commentaires (1)

Amna
19 décembre 2014
well said Girly ;)

Laisser

un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.