Page 1 sur 365.

01.01.15

Je n’ai jamais aimé les fins. La fin du film. La fin d’un bon livre. La fin d’une année scolaire. Ou même la fin des vacances. La fin d’un boulot. D’un projet. La fin du chômage. La fin de mes séances chez le psy qui se ponctuaient toujours par un « On en reparle ? ». La fin de l’été. La fin de l’hiver même, juste parce que c’est aussi une fin. La fin du jour. La fin de la nuit. La fin du savon dans la douche. La fin de la tablette de chocolat. La fin du paquet de popcorns au ciné. Quoique j’ai toujours aimé la fin des paquets de céréales quand il ne reste alors que de la poudre et du sucre.

La fin des histoires. Des belles histoires. Celles qu’on voudrait qu’elles ne finissent jamais. La fin des moyennes histoires. Aussi. Parce que la fin ne laisse plus de place à l’espoir. Quand c’est la fin, tout est fini. Et il est trop tard.

Je ne mentionnerai pas la fin des fins. Celle que nous redoutons tous. Pire que Voldemort, le mot me fait peur. Bien que je l’ai quand même écrit en tapant Voldemort mais cela ne compte pas, pas vrai ? Car cette fin-là, personne ne nous a jamais expliqué à quoi elle servait.

 

Mais bien plus que je n’aime les fins. J’aime les débuts. Et il n’y a pas de début sans fin, n’est-ce pas ?

Le début. Est à mon sens. La plus belle chose que l’on puisse nous donner. Car les débuts sont toujours emplis d’espoir et de chances, d’inconnu et d’excitation, d’optimisme. De tous ces sentiments qui nous rendent vivants. De promesses aussi. Qu’on se fait à nous-mêmes et qu’on fait aux autres. De nouveaux rêves. D’ambitions. D’envies. Les débuts m’apaisent.

 

Alors. Ne voyons plus jamais les fins, seulement les débuts qui s’ensuivent. Donc en ce premier jour de 2015. Je nous souhaite. Tellement de choses. Et si peu à la fois. D’être heureux. Tout le temps. Dans le moment. Et pour cela.

– De prendre le temps de ne rien faire. De temps en temps. Juste apprécier le temps qui passe, la vie qui nous emplie, le monde autour de nous.

– De prendre soin de nous. Physiquement et moralement. Ne pas être trop dur avec nous-mêmes, écouter son corps, ses besoins, ses envies.

– De ne faire toujours que ce qu’on a envie de faire. Dans la mesure du possible. Se poser la simple question : « Au fond, qu’est-ce que j’ai envie de faire tout de suite ? ». Ne donner aucune justification. Nous vivons notre vie pour nous, pas pour les autres.

– De voyager. Dans le monde. Des les livres ou les expos. C’est là, la plus belle expérience. Découvrir ce qu’il se passe ailleurs, le sens que d’autres donnent à leur vie. Relativiser sur celui que nous donnons à la nôtre.

– De se donner des objectifs. Se réaliser. Aller plus loin. Se montrer qu’on est capable.

– De partager. Dans la vraie vie. Pas que sur Facebook et Instagram.

 

Bon c’est en fait ma liste perso de résolutions philosophiques pour 2015. Voilà. Je me suis toujours dit que je pourrais être un bon gourou. Je pense que j’adorerais ça. La question n’étant pas là. Qu’on se comprenne bien. Je suis profondément convaincue de chaque mot de cette liste. C’est sincèrement tout ce que je vous souhaite pour cette nouvelle année.
Donnez-vous la vie que vous méritez.

 

Pragmatiquement. Est-ce qu’en 2015 quelqu’un pourrait-il m’inviter à une soirée déguisée thème dessin animé ? Que je puisse enfin me déguiser en Minion et vivre la vie que je dois vivre.

 

Allez viens, ça commence.

Résolument vôtre,

 

Camille

Les

commentaires (4)

julia friedlander
01 janvier 2015
Il est beau ton post petite camille Moi aussi je préfère les débuts que les fins même s'ils n'existent qu'ensemble... Happy new year ✨
Camille
01 janvier 2015
Merci, plein de bisous et une merveilleuse année en perspective !
Anne cha
02 janvier 2015
Je te souhaite le plus beau début d'une merveilleuse année! Que de beaux débuts!!
Détox virtuelle - CAMILLE'S BREATH
06 décembre 2015
[…] moi, dans ma liste de 2015. Il y […]

Laisser

un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.