Oui je suis sexy en Birkenstock fourrées.

16.01.15

IMG_8851

Vécu. Mardi 13 janvier, 21h35. Sortie du cours de yoga. Dan :
– Camille, mais c’est quoi ces chaussures ?
– …
– Non mais sérieusement, t’es sortie en chaussons ?
– Arrête, je les adore. Et figure-toi que je suis super hype et trop bien dedans.
– Alors écoute-moi bien, je veux plus jamais t’entendre te plaindre que t’as pas de mec !
– …
– Espèce de Boche, va. Sérieusement, si tu croises un mec qui te plait, casse-toi vite avant qu’il ait eu le temps de voir tes pieds.

 

Je ne vais pas vous dire que j’ai tenté de défendre le degré de sexytude de mes Birkenstock fourrées. J’ai perdu d’avance. Je le savais à la seconde où je les ai achetées. Ou plutôt à la seconde où mon père me les a offertes, à contrecœur. « T’es sûre de ton choix là ? ». Archi-sûre.

 

Même si j’ai le sentiment que les mecs commencent à s’habituer à nos lubies vestimentaires. Je dois quand même avouer que la première fois où j’ai enfilé mes Birkenstock fourrées avec une grosse paire de chaussettes, je me suis sentie à la fois hyper à l’aise et hyper sexuellement repoussante. Parce qu’en plus de ne pas être la chaussure la plus sexy de l’année, la Birkenstock tasse. L’un dans l’autre, tu te retrouves, malgré toi, avec la classe d’une allemande frustrée en vacances à Palavas-les-Flots. Au secours.

Ceci étant. Comme pour tous les autres trucs anti-sexy au possible que j’ai pu porter dans ma vie. Je me dis. Que l’important est de se sentir bien dans ses pompes, n’est-ce pas ? Et alors, en terme de confort, aucun doute que la Birkenstock fourrée arrive en tête de liste. C’est un argument de poids ça, non ?

Plus sérieusement. Car il faut être sérieux quand on parle de futilités. Je suis intimement et totalement convaincue qu’on peut tout porter à condition de l’assumer. Bon sauf le collant chair. Par pitié, celui-là brulez-le. Et puis, évitez de vous attarder trop longtemps chez Desigual. A part ça. Dites-vous bien que la liberté d’expression passe aussi par l’habillement. Et la liberté d’expression est super à la mode ces derniers temps.

 

Je vous vois venir. Camille, pourquoi tu portes des Birkenstock fourrées avec des chaussettes en plein hiver ? Je sais. Je vais avoir du mal à m’en sortir dignement de celle-là. Je ne peux pas vous dire que je les trouve incroyablement belles et qu’elles me mettent en valeur comme il se doit. Parce que j’ai fait vœu d’honnêteté ici-bas. Je peux vous dire alors que je les trouve incroyablement cools. Et que si elles ne me mettent pas en valeur physiquement, elles me mettent en valeur psychologiquement. Et ça ce n’est pas rien. Alors, ça vous en bouche un coin ? Non, bon ok.

Je veux dire. Il y a assez peu de personnes de mon entourage, vraiment vraiment très peu, qui soient capables de porter des Birkenstock fourrées avec des chaussettes en plein hiver et de les assumer pleinement. Vous voyez ? Alors, c’est en ça qu’elles me rendent psychologiquement cools. Enfin bref. Faut que je vous laisse.

 

(Bien sûr, je n’ai pas pu écrire ce post sans penser à Leandra Medine (The Man Repeller). Je n’ai pas d’idole, mais si je devais en avoir une, ce serait elle. Vous me souhaitez la même réussite qu’elle. Je sais, moi aussi.)

 

Assurément vôtre,

Camille

Les

commentaires (2)

azeroual
09 septembre 2015
bonjour comment les birkenstock taillent ?
Camille
09 septembre 2015
Complètement normalement. Un 37 pour un 37 !

Laisser

un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.