Les défauts de mes qualités.

09.03.15

IMG_9554

Je me suis faite larguer par ma femme de ménage. Par texto. C’était bref et intense. « Bonjour Camille, je ne reviendrai plus. Les clés sont dans la boîte aux lettres. » Quand j’ai effectivement trouvé les clés dans la boite aux lettres, je me suis sentie très seule. Si seule que ça m’a fait réaliser à quel point mon syndrome de peur de l’abandon pouvait être poussé !

Je me suis faite larguer par ma femme de ménage. C’est quand même fou. Je lui ai répondu gentiment, un message plein d’inquiétude, lui demandant si tout allait bien. Evidemment, elle ne m’a jamais répondu. Elle ne comprend le français que quand ça l’arrange. Bitch.

 

J’ai donc fait le ménage chez moi cet après-midi. Pour la première fois. Je suis hyper maniaque. J’irai même jusqu’à dire que je suis une psychorigide du rangement. Allez savoir ce qui m’a traumatisé pendant mon enfance pour que je me sente oppressée dès qu’un livre est de travers ou un verre mal lavé. Mais en me rendant compte que je ne savais pas vraiment quelle était la différence entre le Cilit Bang orange et le Ajax bleu, je me suis sentie être une imposture de la propreté. Un Jeff Koons du ménage. Jeff Koons, un mec qui se dit artiste alors qu’il n’a jamais rien fait de ses mains. (Vengeance après expo détestable vue à Beaubourg hier après-midi).

 

Et c’est en passant l’aspirateur derrière mon armoire que j’ai repensé à ce texto. C’est un vrai texto de rupture, en fait. Bien sûr, je ne généralise pas. Ni ne le prends contre moi. Je ne vois pas pourquoi elle ne voudrait plus venir chez moi à cause de moi alors que je suis trop sympa. Hein. Mais il est quand même vrai que. Sorti de son contexte. Ce texto m’a rappelé tous les textos de mecs foireux que j’ai pu recevoir. J’en parlais justement avec une copine, samedi après-midi.

« Ma Cam, t’en es ou avec les mecs ? Je t’en supplie, raconte-nous tes histoires. »

Je fais toujours marrer mes copines avec mes histoires de mecs. Je ne pourrais pas vous expliquer pourquoi je me retrouve toujours dans des situations pas possibles. A tel point que cela en est presque devenu un jeu. Et que cela finit par me faire rire aussi. Enfin, rire jaune par moment. Mais c’est quand même rire. Et rire c’est toujours mieux que s’apitoyer. J’avoue que je laisserais bien ma place de temps en temps. Juste pour une fois. Comme ça. Est-ce que quelqu’un pourrait m’épargner ?

L’explication la plus plausible qu’on m’ait donnée est la suivante. Je m’en rappellerais, je pense, toute ma vie. On m’a dit « Mais Camille, c’est la théorie du yin et du yang. » Je suis très hippie – peace – fuck le système. Mais la théorie du yin et du yang, j’avoue que ça m’a laissée dubitative sur le coup. Tout simplement, on m’a expliqué que. Si, par exemple, je cherchais un mec un peu artiste, il fallait aussi s’attendre à ce qu’il ait un caractère d’artiste. Un fucking caractère d’artiste. Ce qui m’a aussi fait réaliser, en conséquence, que je ne devais pas non plus être simple à appréhender.

La théorie du yin et du yang, ça marche bien sûr pour mon cas. Mais cela marche pour tous les cas. Cela se résume tout simplement en : nous avons les défauts de nos qualités. Et j’aime beaucoup cette expression, les défauts de mes qualités. Car cela montre que je suis un tout cohérent. Nous sommes chacun un tout cohérent. Si on part du principe que chaque défaut a une contrepartie. Alors il vous suffira de mettre en avant la qualité de votre défaut pour paraître adorable aux yeux de tous. Vous me suivez ?

 

Je vous laisse, je dois aller finir de faire ma valise. Oui. Je pars demain. Enfin.

Des bisous partout

Camille

Laisser

un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.