J’y vais mais j’ai peur

15.12.17

-English version below-

 

Il y a quelques années, une personne que j’admirais beaucoup et dont j’apprenais beaucoup, m’a un jour dit : « La peur est le sentiment le plus inutile qui soit, elle ne sert jamais personne. » Comme j’ai toujours aimé les jolies phrases, les citations et les révélations psychologiques choc, j’avais trouvé ça super intelligent et super vrai, et je l’avais gardé bien au chaud dans un coin de ma tête. À chaque fois que j’avais peur, je me raisonnais en me répétant que la peur était un sentiment inutile et que je ferais mieux de passer à autre chose.

Je ne sais pas si vous avez déjà essayé d’arrêter de ressentir quelque chose simplement en vous disant que c’était inutile. Pour ma part, cela n’a jamais été très concluant. J’ai eu beau me dire que c’était inutile d’avoir peur, d’être triste, en colère ou de ressentir tout autre sentiment que je ne voulais pas ressentir. Cela ne m’a jamais (jamais jamais) aidé à arrêter de le ressentir. Technique pourrie.

 

Comme vous tous, j’ai des tas de peurs. Je ne vous parle pas des peurs du quotidien, comme la peur d’arriver en retard ou d’avoir laissé le four allumé en partant. Je vous parle des peurs qui s’ancrent en nous, des peurs profondes, de celles qui peuvent décider de nos vies sans qu’on s’en rende compte. Il y en a certaines que je connais très bien, qui me suivent depuis l’enfance. D’autres que je découvre au fur et à mesure des expériences et du temps qui passe. D’autres encore que je cache au plus profond de moi et que je fais semblant de ne pas voir. Et puis, il y a aussi celles que je combats, celles dont je ne veux pas et auxquelles je résiste de toutes mes forces.

L’une des premières choses qu’on apprend au yoga, et que j’ai partagé avec vous dans les premiers jours de mon voyage en Inde (à lire ici), c’est que nous ne sommes pas nos émotions. Nous ne sommes pas non plus notre corps, ni nos pensées, mais vous lirez tout ça dans mon article de l’époque. J’ai peur, c’est un fait. Mais je ne suis pas ma peur. C’est assez difficile à comprendre et appréhender les premières fois. Comment arriver à dissocier mon ressenti de ma personne ? Ne pas s’identifier à ses peurs (et plus largement à toutes ses émotions), comment on fait et qu’est-ce que cela veut dire ?

 

Je vois ma peur. Je suis conscient que j’ai peur. Je connais ce que ça fait dans mon corps. Généralement, quand on a peur, c’est assez proche du stress. On a le coeur qui bat plus vite, on pense plus vite, on parle plus vite, on bouge plus vite, on dort mal ou pas du tout, on est super sensible voire irritable. Pour chacun de nous, c’est différent. Vous connaissez sûrement vos symptômes, les symptômes qui vous permettent de comprendre que vous avez peur, de voir votre peur. Par définition, si je vois ma peur, si je vois ce qu’elle fait dans mon corps, c’est qu’elle est une entité différente de moi, elle n’est pas moi. Elle n’est pas moi, je ne suis pas elle. Affaire conclue. Je ne suis pas ma peur.

Si vos peurs et vous, vous n’êtes pas la même personne, alors vous pouvez prendre le dessus. Ou plutôt garder le dessus. Vous pouvez choisir, dans n’importe quelle situation, que vous soyez sur une corde suspendue au-dessus du vide avec la peur de tomber ou sur le point de tomber amoureux avec la peur de vous engager, vous pouvez choisir de rester aux commandes. C’est vous le chef, c’est vous qui conduisez. Ne lâchez jamais le volant.

 

Pendant ma formation à Bali, dans les premiers jours, un matin aux aurores, notre prof nous a plongés en méditation et nous a fait répéter plusieurs fois : « Hey fear, I see you, I love you, you’re my best friend. Take my hand and let’s go through this together. » (*Salut peur, je te vois, je t’aime, tu es ma meilleure amie, prends ma main et traversons ça ensemble). On a répété la même chose en remplaçant la peur par la tristesse, la colère, le deuil. C’était assez déroutant comme expérience. C’est pas tous les jours que tu décides de t’adresser à ta peur, en choeur avec quinze autres personnes que tu viens tout juste de rencontrer, au milieu d’une rizière à trois mille kilomètres de chez toi. Mais aussi complètement dingue. Prends ma main et traversons ça ensemble. Plus que de ne pas s’identifier à nos peurs, nous apprenions à les accepter, à les aimer et à les traiter avec bienveillance. Ne pas résister à ses peurs. Ne pas les combattre. Au contraire, leur faire confiance. Si j’ai peur, c’est qu’il y a une raison.

 

Depuis que je suis rentrée de Bali, début octobre, j’ai essayé de reprendre ma vie parisienne petit à petit. J’ai commencé à donner des cours de yoga, j’ai continué à écrire dans mon coin, j’ai passé du temps avec mes êtres aimés. Pour autant, je savais que j’avais une décision à prendre. Je savais que j’avais débloqué un nouveau niveau de moi-même. C’est comme dans les jeux vidéos, plus on creuse en soi, plus on débloque des niveaux. Et j’ai compris très vite que mon nouveau moi ne serait plus heureux dans mon ancienne vie. J’avais une décision à prendre. Quoi faire de moi, où habiter, avec qui construire la suite. Mais je n’avais aucune idée de comment la prendre. Comment on fait dans ces cas-là ? Et puis, j’ai réalisé que j’avais déjà la réponse, je l’avais en moi depuis très longtemps. Je savais au fond de moi, je savais exactement ce que je devais faire et quelle décision prendre. Je l’avais toujours su. On a toujours les réponses en nous, aucun doute là-dessus. Je n’avais jamais vraiment eu envie de la voir, ni de l’envisager. Parce que j’avais trop peur. Parce que c’était exactement la décision qui me terrifiait le plus. J’étais terrorisée dans toutes les cellules de mon corps. Alors c’est exactement la décision que j’ai prise. (Et je suis toujours terrorisée dans toutes les cellules de mon corps).

 

J’ai changé de vie plusieurs fois, j’ai remis en question à peu près tout ce qu’il y avait d’acquis dans ma vie, et on m’a souvent dit : « Oui mais pour toi c’est facile de tout quitter et de partir, moi je fais pas partie de ces gens-là, je peux pas j’ai peur. » Cela a toujours fait très plaisir à mon ego bien sûr. Mais cela me faisait aussi beaucoup rire. Je ne conseille à personne de passer du temps avec moi quand je prends les grandes décisions de ma vie. J’ai tellement peur que je dors tout le temps. Il y a certaines personnes que ça empêche de dormir, moi au contraire je dors pour m’échapper de la réalité et oublier que j’ai peur. Et quand je suis réveillée, je change d’humeur en exactement une seconde. Je passe de l’excitation totale à la tristesse absolue. Je peux pleurer d’avoir raté mon métro ou loupé une marche dans l’escalier. Et à l’inverse je suis profondément heureuse de croiser un petit chien tout moche dans la rue ou d’allumer une bougie. J’ai peur à en crever. J’ai peur, comme tout le monde. Mais je ne suis pas ma peur. Je garde le contrôle. Je me sers de ma peur pour savoir là où je dois aller.

 

Alors finalement. La peur est le sentiment le plus utile qui soit. (Et celle-là, elle est de moi, vous pourrez l’accrocher sur votre mur, non ?). La peur vous guide exactement là où vous avez envie d’aller, là où vous devez aller, là où vous vous devez d’aller. Pour vous mêmes. De l’autre côté de la peur, il y a la vie que vous méritez. Donnez-vous la vie que vous méritez. (Celle-là aussi, elle est de moi. Oui oui). Ne combattez pas vos peurs, ne les foutez pas au placard dans un coin de vous-mêmes. Essayez de les comprendre, essayez de les écouter, elles ont une raison d’être et un message pour vous. Elles portent vos envies les plus profondes, vos rêves, le sens que vous avez envie de donner à votre vie, la vie que vous avez envie de vivre sûrement, peut-être même votre vocation. Elles ont toujours un message pour vous. 

 

Cherchez vos peurs. On se construit une vie pleine de sécurité et de confort, un quotidien dans lequel on efface nos peurs, on les oublie, on ne les confronte jamais. Faites l’exercice. Allez déterrer vos peurs et demandez-vous pourquoi. Pourquoi vous avez peur. Cherchez le fond du fond et dépassez-vous. Dépassez-vous, vous ne devez rien à personne d’autre qu’à vous-mêmes.

 

Je vous embrasse bien fort, comme toujours

Camille

 

PS : Essayez de ne pas prendre vos peurs au premier degré. Si vous êtes sur une corde suspendue et que vous avez peur de tomber, ce n’est pas au sens littéral. Peut-être que vous avez peur de tomber dans la vie, d’échouer. Si vous avez peur de la mort, généralement quand on a peur de mourir c’est qu’on a peur de vivre. Car quand on vit à fond, qu’on se donne les moyens de réaliser ses rêves et de surmonter ses peurs, on ne pense jamais à l’échéance.

PS2 : Petit cadeau de circonstance > https://www.youtube.com/watch?v=6BDtj9pDyFc

 

 

 

<>

 

 

 

A few years ago, someone that I truly admired and from who I learned a lot, told me one day: « Fear is the most useless feeling, it never served anybody. » As I always loved beautiful sentences, quotes and psychological revelations, I found this incredibly smart and incredibly true, and I kept it warm at the back of my head. Every time I was afraid, I told myself that fear was a useless feeling and that I had better things to do.

I don’t know if you have ever tried to stop feeling something just by telling yourself that it was useless. For me, it has never been very conclusive. I might as well tell myself that it was useless to be afraid, sad, angry or to feel any other feeling that I didn’t want to feel. It never (never, ever) helped me to stop feeling it. Lame technique.

 

Like all of you, I have a lot of fears. I am not talking about everyday fears, like the fear to be late or the fear to have left the oven turned on after leaving. I am talking about deep fears, the ones that put down roots in us, the ones that could decide our life without us even knowing it. I know some of them very well ­- since childhood. Whilst I discover some others as time and experiences pass. I hide a few of them deep down inside of me and pretend not to see them. And there are the ones that I resist, the ones that I don’t want and fight with all my strength.

One of the first things we learn in yoga, and that I shared with you in the first days of my trip in India (french article here), is that we are not our emotions. I am afraid, it is a fact. But I am not my fear. It is quite difficult to understand and comprehend this the first time. How can I split up my feelings from my person? Not identifying with your fears (and more broadly with all of your emotions) – how can we do it? And what does it mean?

 

I see my fear. I am aware that I am afraid. I know what it does to my body. In general, when we are afraid, it is close to stress. Our heart is beating faster, we are thinking faster, we are speaking faster, we are moving faster, we are sleeping badly or not at all, we are super sensitive or even irritable. It is different for everyone. You probably know your symptoms, the symptoms that let you know that you are afraid, and let you see your fear. By definition, if I see my fear, if I see what it does in my body, then it is something else than me, it is not me. It is not me, I am not it. Closed deal. I am not my fear.

If you and your fears are not the same person, then you can get the upper hand. Or rather keep the upper hand. You can choose, in any situation, whether you are on a rope dangling with the fear to fall. Or, you are falling in love with the fear to commit. You can choose to stay in charge. You are the leader, you are driving. Never let go of the wheel.

 

Whilst doing my training in Bali, one early morning during the first few days,  our teacher made us repeat several times: « Hey fear, I see you, I love you, you’re my best friend, take my hand and let’s go through this together. » We repeated the same sentence and replaced fear by sadness, anger, grief. It was a pretty puzzling experience. It is not every day that you decide to talk to your fear, in unison with fifteen people you just met, in the middle of a rice field three thousand miles away from home. But also, it felt completely insane. Take my hand and let’s go through this together. More than not identifying with our fears, we were learning to accept them, to love them and to be kind to them. Don’t resist your fears. Don’t fight them. Quite the opposite: trust them. If I am afraid, then there is a reason.

 

Since coming back from Bali, and in the beginning of October, I tried to go back to my Parisian life, little by little. I started to teach yoga, I continued to write, I spent some time with my loved ones. For all that, I knew that I had a decision to make. I knew that I had unblocked a new level of myself. Like in video games, the more you dig into yourself, the more you unblock levels. And I understood really quickly that the new me will no longer be happy in my old life. I had a decision to make. What to do, where to live, with who to build the next steps of my life. But I had no idea of how to make it. How do I do it? Then, I realized that I already had the answer, I had it in myself for a long time. I knew deep down, I knew exactly what I had to do and what decision to make. I always knew. We always have the answers in ourselves, no doubt. I never wanted to see it, or consider it. Because I was too afraid. Because it was exactly the decision that scared me the most. I was scared in every cell of my body. So, this is exactly the decision I made. (And I am still scared in every cell of my body).

 

I changed my life several times; I questioned basically everything that was granted in my life, and people often told me: « Yes but this is easier for you to leave everything and go, but me, I am not that kind of people; I can’t, I am too afraid. » It always made my ego super happy of course. But it made me laugh as well. I advise nobody to spend time with me when I am making the big decisions in my life. I am so scared that I am sleeping all the time. Some people don’t sleep, me: I need to sleep as much as I can to escape my reality and forget that I am afraid. And when I am awake, my mood can change in less than a second. I am going from total excitement to complete sadness. I can cry about missing my subway, and then I am deeply happy to cross a little ugly dog in the street. I am scared to death. I am afraid, like everybody else. But I am not my fear. I am in charge. I use my fear to know where I have to go.

 

So, in the end, fear is the most useful feeling. (And this one is from me, you can hang it on you wall, right?) Fear is leading you exactly where you want to go, where you need to go, where you have to go. Fear is for yourself. On the other side of fear, there is the life that you deserve. Give yourself the life you deserve. (This is also from me, yep). Don’t fight your fears anymore, don’t put them in a closet in the back of your head. Try to understand them, try to listen to them, they have a reason to be there and a message for you. They carry your deep wishes, your dreams, the meaning you want to give to your life, the life you want to live probably, even maybe your vocation. They have a message for you.

 

Look for your fears. We build a life full of security and comfort, an everyday life where we erase our fears, we forget them, we never face them. Do the job: Go dig them up and ask yourself why. Why are you afraid? Look for the bottom line and surpass yourself. Surpass yourself, you owe nothing to anyone except you.

 

With all my love, always

Camille

 

PS: Try to not take your fear literally. If you are on a rope and you are afraid to fall, maybe you are afraid to fall in life, to fail. If you are afraid to die, generally when we are afraid to die we are afraid to live. Because when we live fully, when we achieve our dreams and overcome our fears, we never think of the deadline.

PS2: The title « I am going but I am scared » is the translation of a really famous line in a French movie. Maybe you won’t completely understand but it is still funny to watch (maybe): https://www.youtube.com/watch?v=6BDtj9pDyFc

Les

commentaires (1)

Jacques Tapiero
19 décembre 2017
Admiratif ma poupée, j’adore ta fluidité ta profondeur tu es merveilleuse, continue. Je t’embrasse fort

Laisser

un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.